DEUXIMÈME PARTIE DE LA MINITRANSAT 2021 : PIERRE LEROY GARDE LE CAP !

28 octobre 2021
La traversée entre les Canaries et la Guadeloupe

Préparation et concentration sont les maîtres-mots à la veille du départ des Canaries pour la traversée tant attendue de l'Atlantique.

20, c’est le nombre jour que notre navigateur a dû patienter dans les Canaries (il faut avouer qu’il y a pire) avant de pouvoir reprendre la course de la MiniTransat Eurochef 2021. Cette pause fut un temps de préparation idéal afin de peaufiner sa navigation, effectuer des réparations sur le bateau et ainsi être dans des conditions optimales pour le départ prévu (si les conditions météo ne changent pas) ce vendredi 29 octobre.

4.350, c’est le nombre de kilomètre qui reste à parcourir pour atteindre Saint-François en Guadeloupe, cette traversée de l’Atlantique représente environ environ 2/3 du parcours. Si l’on prend en compte les rebondissements multiples sur le premier tiers de course, notamment en termes de météo, cette seconde partie semble offrir de belles promesses.

Pierre est dans les starting-blocks grâce à une profonde étude météorologique, du repos et un boost mental qui lui permettra d’aborder cette suite dans les meilleures conditions afin, qui c’est, de reprendre le lead et de le conserver !

 

Articles en lien

Cité de la Gastronomie Dijon

La nouvelle Cité de la Gastronomie au cœur de Dijon Centre

La nouvelle Cité internationale de la Gastronomie et du vin doit accueillir des activités multiples parmi lesquelles de nombreux espaces de commerce.

Mr Kennel, dirigeant de PFG

Un local pour se mettre en lumière

L’expert en pompes funèbres PFG a ouvert une nouvelle boutique avenue Jean Jaurès à Dijon. L’enseigne du groupe OGF a trouvé l’emplacement et le local idéal pour s’exposer aux yeux de tous ainsi que des locaux d'activités pour regrouper ses activités de marbrerie sur la métropole.

agroalimentaire

Des secteurs d'activités diversifiés et performants au coeur de l'agglomération dijonnaise

Le dynamisme et l'attractivité de l’écosystème dijonnais s'explique en partie par l'excellence des filières de l'agroalimentaire, de la santé et des biotechnologies.